Phnom Bakheng

Après la pluie , le soleil ! Nous en profitons pour terminer en beauté nos visites de la journée au Phnom Bakheng. Cette colline éloignée abrite un petit sanctuaire en son sommet qui occupe une place très importante dans l’histoire de la cité d’Angkor, puisque lors de l’accession au pouvoir du roi Yasovarman Ier, la capitale fut déplacée ici même. Après le règne du Jayavaran II ( 802-850)qui se proclama roi suprême et fut le premier d’une lignée de devaraja  « dieu roi », succéda Indravarman Ier dont le fils Yasovarman Ier, fut le grand roi qui donna naissance à la capitale d’Angkor qu’il déplaça de pour l’implanter à Phnom Bakheng. Au-delà de la colline, les terres étaient  propices à de nombreuses constructions agricole ce pourquoi Yasovarman Ier s’empressa d’achever l’œuvre de son père , le grand baray Indratatâka puis entama la construction d’un réservoir de 7.5 km de long pour 1.8 km  de large, le Baray oriental, qui  fut sans doute un des premiers aménagements œuvrés dans la cité.

 

Même si la plupart des touristes rejoignent le sommet à dos d’éléphants, nous préférons y grimper à pied et savourer cette jungle de lianes et d’arbres aux branches feuillues. De plus l’ascension n’a vraiment rien de coriace et nous permet de faire plusieurs arrêts pour admirer Phnom Chamkrong et le Baray occidental avoisinant. Pendant que notre guide, un peu trop âgé pour cavaler dans la montée, nous attend en bas. Au sommet, aucune surprise, des tas de japonais venus profiter du coucher du soleil si tenter qu’il n’y en ait un.

Tous se pressent vers le sanctuaire central tandis que nous préférons emprunter un petit sentier qui s’enfonce plus loin sur la colline. Au bout, il n’y a personne si bien que nous nous retrouvons seuls sur le point d’observation culminant du grand et majestueux temple d‘Angkor Vat .

Nous découvrons également un petit abri qui couvrirait une empreinte appartenant au Bouddha mais nous n’y croyons vraiment pas … Les traces d’un ancien stupa jonchent le sol au-delà, mais la visite n’est pas vraiment exceptionnelle pour ses constructions mais plutôt pour sa vue panoramique donnant sur les rizières qui remplacent l’ancien Baray oriental en contrebas. Nous restons au sommet plus d’une demi-heure attendant que le soleil déverse, sur la cité endormie, ses ultimes rayons lumineux de la journée. Mais au dernier moment un nuage vient gâcher notre espoir si bien que nous décidons de redescendre le plus rapidement possible avant les japonais…

Ainsi se termine cette première journée de découverte des temples, notre guide nous dépose au Steug Siemreap hôtel avec notre chauffeur de tuk tuk et nous donnent rendez-vous demain à la même heure pour notre seconde journée de visite des temples.

Ajouter un commentaire

Code incorrect ! Essayez à nouveau