De Chitwan à Katmandou

Observation des oiseaux

Pour achever notre weekend à Chitwan, notre guide de safari nous amène dans un sentier pédestre afin d’aller observer les oiseaux en début de matinée. Se promener à pied dans le parc accompagné d’un guide qualifié en matière de biodiversité est une véritable opportunité qui nous permet d’expérimenter une tout autre approche de la nature sauvage.

Le cadre étant baigné par les premiers rayons du soleil, nous avons beaucoup de chance du côté température et temps même si nous repartons déçus de n’avoir pu observer aucun oiseau. Il faut avouer qu’un groupe de 25 personnes est difficile à dresser au silence d’autant plus que la plupart des personnes concernées ne sont pas intéressées par l’activité. Nous aurons néanmoins eu la chance d’apercevoir un groupe de cerfs et de biches dissimulés dans les hautes herbes ainsi que quelques crocodiles sur les berges de la rivière Rapti.

Le départ pour Katmandou

A l’approche d’un autre groupe voyageant avec My Project Abroad, j’entends parmi les conversations que leur sortie pour l’observation des oiseaux a porté ses fruits. Apparemment, bien qu’ils soient partis plus tard que notre groupe, ils ont eu l’opportunité d’apercevoir l’un de ces majestueux rhinocéros unicornes extrêmement rares dans le parc. Comme nous autres, ils ne sont restés à l’hôtel que pour le weekend et partent aujourd’hui même.

Lorsque nous faisons nos adieux au personnel de l’hôtel dont les membres dont le serveur Sanjaï nous ont témoigné une grande hospitalité. Ces derniers nous remercient de notre venue en nous offrant des étoffes et en nous appliquant un « tilak » sur le front pour nous souhaiter bonne chance. Nous quittons le parc  pour lequel je nourris quelques déceptions mais aucun regret quant à notre séjour sur place.

Pour le retour, nous empruntons la même route de montagne toujours aussi somptueuse qu’à l’aller. Il est assez tôt dans l’après-midi lorsque nous franchissons Katmandou sous un déluge impressionnant. C’est la première grosse mousson que nous connaissons au Népal.

Ajouter un commentaire