Nutritional Rehabilitation Home (NRH)

Dans l’après-midi, nous nous rendons au siège de la fondation de réhabilitation des enfants malnutris au Népal. Le sentier pour atteindre le bâtiment est impraticable en voiture si bien que nous nous y rendons à pieds. De là la vue est magnifique sur la ville. L’accueil qui nous est réservé est particulièrement chaleureux lors de notre arrivée. Cet organisme semble beaucoup plus important que le MNSP. Cela s’explique par le fait que le NRH n’est pas seulement une organisation d’ampleur locale. Son champ d’action dépasse cette échelle dans la mesure où elle s’investit internationalement avec des sièges situés en Australie, en Allemagne, aux Etats Unis, en Angleterre et à Hongkong.

Nous sommes accueillis dans une immense salle de conférence où l’une des coordonnatrices du centre nous expose les principes de l’association. La NRH est un centre d’aide et de soutien aux enfants malnutris qui a été créé en 1998 par la NYOF ou « Nepalese Youth Opportunity Foundation ». La fondatrice Olga Murray a plusieurs fois reçu des prix pour son aide au développement. Son visage est connu par tous les personnels travaillant au sein de l’association dans la mesure où elle s’est illustrée par une incroyable dévotion et une lutte acharnée pour le combat pour la vie d’enfants démunis. Au terme de 20 ans de travail auprès de l’association, elle a déménagé et vit actuellement en Californie. Depuis 2001, où elle fut reçue par le Dalaï Lama qui lui a remis le « Unsung Heroes of Compassion Award », elle a multiplié les honneurs : en 2002 elle reçut une médaille du roi du Népal, puis en 2005 le prix de l’association Californie pour son programme Daughters Indentured et enfin en 2006 où elle a remporté le grand prix de la Mannington « Stand Behind a better World » award.

Le NRH possède les moyens et le financement nécessaires pour transformer la vie de centaines d’enfants au bord de la mort. Les enfants accueillis par le centre, selon des critères définis, souffrent d’extrême maigreur. La  mission du personnel de santé est de leur redonner la joie de vivre par une  guérison durable. Cette démarche repose sur programme spécialisé en matière d’éducation nutritionnelle et de santé.

Les enfants bénéficiaires des soins, âgés de 14 ans maximum, sont accueillis avec leur mère pour un séjour de courte ou de longue durée pendant lequel elles ont la chance de rencontrer des personnes dans la même situation qu’elles. Cette atmosphère de solidarité est d’autant plus avantageuse qu’elles ont aussi la possibilité d’apprendre les gestes élémentaires, de recevoir un apprentissage sur l’hygiène en communauté et d’aide sanitaire. Cela représente autant de sources de savoir qu’elles pourront appliquer une fois rentrées chez elles avec leurs enfants guéris où favorables à une prochaine guérison.

 

Les enseignements et les traitements prodigués par la fondation visent à améliorer leurs habitudes alimentaires afin de s’assurer que les enfants restent en bonne santé.

La plupart des enfants accueillis ont été référencés par des hôpitaux, des cliniques locales ou des ONG tandis que le centre agit également comme un lieu de refuge et de soins pour les victimes du tremblement de terre qui a frappé le pays le 25 avril 2015.

Au Népal, plus de la moitié des enfants de moins de cinq ans souffrent de malnutrition qui est la principale cause de la mortalité infantile du pays. La malnutrition est souvent due à une pauvreté extrême des familles qui n’ont pas les moyens suffisants pour se nourrir mais elle est aussi et surtout liée à des habitudes alimentaires néfastes pour l’organisme : des aliments trop cuits ou bien trop lavés et déchus de leurs nutriments qui sont les sources de croissance d’un enfant. C’est donc l’ignorance des gestes à suivre qui pose problème aux membres de la fondation, d’où l’éducation ciblée sur la nutrition qu’ils souhaitent répandre au sein des familles. Ils s’occupent notamment de montrer aux mères comment préparer des repas nutritifs en utilisant des aliments basiques et peu couteux de façon à pouvoir appliquer ces gestes simples à domicile. Après leur départ, les enfants sont suivis par des médecins qui effectuent 3 bilans dans les six mois suivant leur passage au centre afin de surveiller leur croissance et s’ils appliquent l’ensemble des conseils en matière d’alimentation.

De nombreux volontaires séjournent aussi au sein de la fondation afin de pouvoir contribuer à leur manière ; médecins, enseignants et éducateurs sont toujours les biens venus. Il est préférable néanmoins de cibler des activités peu sportives afin de ne pas amener l’enfant à  perdre du poids étant donné leur état de faiblesse dès leur arrivée au centre.

Ainsi nous pouvons retenir que le programme de réhabilitation s’agence autour de quatre grands principes qui sont :

  • L’éducation 
  • La liberté
  • La santé 
  • Le refuge

 

Ajouter un commentaire

Code incorrect ! Essayez à nouveau