Créer un site internet

« Katmandu Satpragya school »

Présentation de l'école

« Katmandu Satpragya school » ou « Genova Global School » est une école en croissance constante considérée comme l’une des écoles leader de l’éducation népalaise au 21ème siècle.

La mission de cette école est de pouvoir fournir à l’ensemble de ses élèves « les bases des connaissances pertinentes des disciplines élémentaires et éducationnelles dans la perspective d’un soutien au développement cognitif, physique et artistique des enfants, le but étant de nourrir leur amour pour la lecture, l’art et encourager leurs différentes motivations  en favorisant le parcours de l’excellence. L’école met l’enfant au centre de ses préoccupations, son éducation étant considérée comme primordiale pour son avenir. Il s’agit pour les enseignants de mettre l’accent sur les arts, la culture népalaise parallèlement à l’apprentissage de l’anglais. Il est aussi très important de promouvoir les pratiques sportives comme l’athlétisme et les valeurs de service communautaire ciblant l’image d’un monde durable. »

C’est  pourquoi les enfants sont dès leur plus jeune âge habitués à respecter des règles de politesse, le port d’un uniforme, les valeurs de la vie en communauté qui sont l’ensemble des composantes essentielles à leur éducation. Ils sont confrontés à toutes les disciplines visant à les rendre sensibles à l’impact et l’influence d’une société en mutation.

Le « Geneva Montesseri » qui soutient l’école est un organisme d'éducation qui a été récemment établi et qui favorise le soutien scolaire avec de nombreuses possibilités de croissance d’avenir pour les enfants en bénéficiant. Il permet aux enfants d’apprendre et d’approfondir leurs connaissances à travers l’expérimentation, l’apprentissage, la créativité  et différentes approches éducatives notamment. 

La peinture des classes

Une fois que nous avons franchi l’école, reçu l’accueil hospitalier des enfants et des enseignants, nos superviseurs nous divisent en plusieurs groupes et nous assignent une classe chacun. Ils nous expliquent notre rôle pour la journée ; il s’agit de peindre les murs des classes. On nous distribue alors de gros sceaux de peinture jaune.

Avec Baptiste, Janelle, Léa, Sudima et Paige, et les autres volontaires, nous commençons à peindre. Notre travail est bien précis. Nous devons commencer par appliquer une couche de peinture jaune seulement sur la partie supérieure des murs tandis que la partie inférieure sera peinte d’une couleur bleue.

La matinée se déroule donc en chanson et dans la bonne humeur. Une fois que nous ayons terminé nos classes respectives nous pouvons entamer la première couche de peinture à l’extérieur. Heureusement, le soleil ne semble pas vouloir nous tourner le dos aujourd’hui si bien que notre bonne humeur est à son comble.

Depuis les fenêtres des classes supérieures les élèves en plein apprentissage s’amusent à nous regarder travailler. D’autres viennent même nous regarder plusieurs minutes pendant leur temps de pause : pour eux, la venue de volontaires est une grande opportunité dans la rénovation de leur environnement quotidien d’étude.

 

... et la pause "foot"

Après que nous ayons terminé d’appliquer la première couche de jaune, les garçons du groupe alléchés par la présence d’un terrain de foot ne peuvent s’empêcher d’entamer une partie. Très rapidement les enfants népalais sont interpellés par le jeu et n’hésitent pas à les rejoindre sur le terrain.

 

Je fais la connaissance de Sabine, une jeune volontaire hollandaise de 16 ans qui fait partie du projet médical de deux semaines au Népal. Normalement elle aurait du parti pour Chitwan mais comme ses bagages ont été coincés à Istanbul, elle a pu nous rejoindre exceptionnellement pour cette journée. Dès que sa valise sera arrivée à Katmandu elle reprendra part à son projet initial. Ce sont les aléas du voyageur…

Les « momos » népalais

Le temps de pause aura duré plusieurs minutes pendant la partie de foot après quoi nous sommes appelés à une pause plus longue pour le déjeuner. Après le service des élèves, nous nous dirigeons dans la cantine de l’école.

Les tables sont très petites, à vrai dire proportionnelles à la taille des enfants mais nous profitons de cette pause pour pouvoir découvrir la facette culinaire du Népal. Tous les jours nous seront servis des plateaux repas provenant d’un restaurant de la capitale.

Pour ce premier repas nous nous faisons servir des « momos », qui constituent le plat national du Népal. Ce sont des petits raviolis aux légumes.  Ces bouchées sont un véritable délice pour les papilles, leurs saveurs exaltent les mystères de l’Himalaya. Certains sont farcis à la viande et d’autres sont servis en dessert alors garnis de d’arômes sucrés.  

L’après-midi peinture

En début d’après-midi, le soleil est au zénith. Nous rejoignons les classes dans lesquelles nous avons été appelés dans la matinée afin d’appliquer une seconde couche de peinture jaune. Comme les murs semblent encore humides et la peinture à peine sèche, nos superviseurs nous indiquent que nous devrons repousser ce travail. A la place, nous nous mettons à nettoyer le sol et la partie inferieure des murs car, la peinture étant très liquide, nous n’avons pu éviter de la faire couler partout ; nous prenons alors conscience que nous ne sommes que de piètres peintres.... Cette tâche nous semble moins amusante : ainsi nous sommes prévenus pour le lendemain. Si nous faisons encore des tâches, nous devrons encore frotter nos salissures. Je pense que cette fois nous ferons plus attention.

Le nettoyage étant terminé, nous pouvons  appliquer la seconde couche de jaune seulement à l‘extérieur où les rayons du soleil ont permis un séchage plus rapide. Nous nettoyons aussi les bancs qui nous ont servis pour peindre les parties difficiles à atteindre puis en fin d’après-midi, les garçons se permettent de troquer leurs pinceaux contre un ballon. Encore une fois les enfants se joignent à la partie.

Ajouter un commentaire

 
×