MSPN, The new life centre

En ce 21 juillet, nos superviseurs nous apprennent que l’école où nous avons peint les murs durant la première semaine d’action au Népal est fermée. Ainsi nous décidons de modifier le programme de sorte à ce que cette journée ne soit pas entièrement perdue. Nous échangeons seulement les journées d’activités et nous accordons pour aller visiter aujourd’hui les centres de soin et d’aide aux les enfants malades et malnutris tandis que nous décalons la journée d’activité avec les enfants de l’école à mercredi.

Le MSPN ou Manisha Singh Punarjeevan Niwash est un centre humanitaire au Népal dont la mission est d’apporter traitements, soins et soutiens aux enfants atteints du VIH ou du SIDA. Crée en 2006 par une ONG, la Friends of Needy Children (FNC), elle compte aujourd’hui parmi l’une des organisations les plus importantes en matière de solidarité au Népal.

Le nom du centre rend hommage à l’un de ses fondateurs Manisha Singh, qui fut d’une grande aide par son implication dans le développement de l’association. Les initiales P « Punarjeevan” et N “Niwas” signifient respectivement “nouvelle vie” et “accueil”. Ce titre reflète donc les aspirations de ses membres à améliorer la vie d’enfants malades et démunis qui sans leur aide n’auraient probablement accès ni aux soins nécessaires à quelconque guérison, ni à l’éducation  privilégiée dont ils bénéficient dans une perspective de développement cognitif, artistique et émotionnel.

L’organisme Youth Foundation and Fonds Parbati ainsi que les dons des sympathisants individuels permettent au centre de bénéficier d’un financement conséquent et de proposer un programme d’aide sur mesure aux enfants malades. Grâce aux dons et aux soins, le centre a rendu possible l’épanouissement de 550 enfants depuis la date de sa création. Il s’agit pour les membres du centre de permettre aux enfants de développer leurs capacités physiques parallèlement à l’apprentissage de la gestion de la maladie. Afin de faciliter la démarche, les mères ou les parents des enfants sont également accueillis par le centre. La plupart d’entre eux ont rencontré un passé difficile, vécu dans la misère et la maladie si bien qu’ils ne possèdent qu’un maigre soutien familial, à l’exception de leur mère qui leur prodigue amour et affection. Ces dernières sont sensibilisées sur de nombreuses disciplines  en rapport avec l’hygiène, santé et nutrition. Les gestes qui leur sont dévoilés sont autant d’exemples et de modèles  simples applicables à leur domicile même une fois le traitement au centre terminé. Ce programme s’illustre donc par une organisation durable.

Il existe plusieurs critères d’admission :

  • les enfants doivent avoir la maladie d’VIH ou du sida
  • ils doivent être âgés de moins de 14 ans
  • et posséder un responsable légal qui les suivra durant leur séjour au centre (leur mère de préférence)

Les objectifs soit également multiples

  • Apporter éducation spécialisée en matière de nutrition, santé et hygiène
  • Surveiller la croissance de l’enfant
  • Education sur les risques de la maladie
  • Fournir un soutien psychologique, social et moral

Les enfants sont accueillis grâce à des parrainages, des instituions non gouvernementales, des hôpitaux locaux ou encore par le biais d’instituts de tests sanguins. L’association transforme la vie de ces enfants en les sensibilisant sur leur maladie au cours des étapes de guérison. L’éducation privilégiée qu’ils reçoivent vise à leur procurer un système de vie durable et sain dans le cadre d’une amélioration de leur santé. En général leur séjour au centre s’étend entre 3 et 4 mois mais cela dépend de leurs conditions de santé le jour de leur arrivée. Certains peuvent aussi bien rester 4 mois que 2 semaines ou 1an. Chaque enfant est unique et bénéficie d’un programme qui lui est adapté, le reste dépend de leur état de santé. Les soignants s’occupent de les prendre en charge, de leur fournir un traitement, de les héberger car la plupart viennent des endroits ruraux le plus reculés du pays. La nourriture leur est fournie et ils sont strictement interdits de se nourrir avec une autre source d’alimentation provenant, par exemple, de l’extérieur. Ce programme étant entièrement gratuit, même les plus pauvres n’en sont pas désavantagés.

 

 

Le centre reçoit ses médicaments grâce aux hôpitaux gouvernementaux et du Bureau de district de la santé de Lalitpur sans qu’il n’y ait de problèmes subventionnels. Le financement étant rendu possible par le NYF, le centre accepte également les contributions externes. 

Le plaisir de voir les enfants joyeux et souriants lors de notre arrivée semble dépasser toutes mes attentes et mes inquiétudes. Bien que notre temps au centre soit limité nous le préservons pour pouvoir jouer avec eux à la corde à sauter et au dessin. Lorsque nous partons, le déchirement est profond…

Ajouter un commentaire

Code incorrect ! Essayez à nouveau