Le Bilan

Le Népal est un pays fascinant. Ses innombrables facettes contribuent à l’édification de ce territoire millénaire, constituant un mythe à lui-même. A l’ombre des chaines de montagne de l’Himalaya, ses paysages diversifiés ont le pouvoir de faire chavirer ses visiteurs tandis que sa culture unique, à la croisée entre hindouisme et bouddhisme, ses spécialités culinaires et ses habitants accueillent les voyageurs (et les volontaires) à bras ouverts.

Mon séjour de volontariat au Népal avec My Project Abroad, dans le cadre du projet de 2 semaines « Humanitaire & Rénovation » était une première dans ma vie de lycéenne. M’investir dans un tel projet m’a permis de concrétiser un rêve tout en me sensibilisant aux enjeux de la solidarité internationale. La culture, l’hospitalité, la cuisine et l’hébergement sont certains aspects du voyage dont je ne conserve que de bons souvenirs. Mais c’est avant tout mon champ d’action au sein d’une école locale (Satpragya school ou Genova Global School), dans laquelle je me suis véritablement investie avec les 24 autres volontaires du projet, pour laquelle je nourris les meilleurs souvenirs du voyage.

Dès notre arrivée, j’ai été conquise par l’accueil chaleureux des enfants, leurs sourires et leur innocence. Pendant la première semaine nous avons passé nos journées à peindre les murs des classes dans l’espoir de fournir à ces dizaines de visages un lieu d’apprentissage agréable et fonctionnel. La deuxième semaine a été bouleversante en matière de rencontres. Nous avons eu la chance d’interagir avec les enfants en leur proposant des activités et des jeux éducationnels adaptés en fonction de leurs âges et de leurs envies. Nous avons également pu nous rendre dans une seconde école, visiblement plus pauvre, dans laquelle nous avons eu l’opportunité de faire des dons tout en profitant d’une journée de plaisirs avec les enfants.

M’asseoir dans les classes, observer les méthodes d’enseignement des professeurs et parler avec eux m’a permis d’appréhender les personnes locales face à leur quotidien à travers un angle d’approche insaisissable  en tant que simple bénévole. J’ai appris au Népal à valoriser l’éducation, à savoir écouter et répondre aux attentes des élèves en leur offrant un cadre de vie meilleur.  J’ai également (ré)appris à apprécier la vie simplement, loin des excès matériels et technologiques des cultures occidentales. Ici, la pauvreté est l’unique réalité à laquelle font face tous les habitants. Je ne le cacherai pas : Katmandou semble, en elle-même, une véritable poubelle peuplée par une marée humaine dans le besoin constant : les rues sont jonchées de déchets dans lesquels gisent d’innombrables mendiants et de personnes sans domicile depuis tremblement de terre.  Et malgré cette misère extrême, j’ai quand même pu déceler des sourires, une certaine force dans le visage de tous ces inconnus : leur courage.  Ainsi j’ai pu en conclure qu’une pauvreté matérielle n’était pas forcement le siège d’une misère morale. Ce courage, c’est la force même des népalais. Ils ont su ne pas s’arrêter face au désespoir. Tout doucement, ils se relèvent d’une catastrophe naturelle ayant frappé leur vie et c’est notamment grâce à l’aide internationale qu’ils ont pu ranimer les flambeaux de ces évènements ténébreux.

L’équipe de My project Abroad nous a aussi permis de nous confronter à cette misère en organisant une journée de visite au sein d’associations d’aide et de soutien à la population comme la MSPN (The New life Center) et la NRH (Nutritionnal Rehabilitation Home)qui agissent pour une protection durable des enfants souffrants du VIH (/sida) et des enfants malnutris. Cette expérience a été éprouvante en matière d’émotions mais le sourire des enfants en cours de guérison et de leur mère a eu un effet positif sur notre venue.  

Enfin, le weekend à Chitwan demeure une escapade inoubliable bien que décevante pour l’absence des animaux (peut-être même synonyme de la nécessité d’un autre voyage au Népal)

Je tiens donc à remercier l’équipe de My Project Abroad et nos superviseurs pour nous avoir donné la chance de vivre cette expérience incroyable. Je veux aussi remercier le personnel des associations qui ont accepté de nous accueillir dans leurs locaux. Mais je voudrais avant tout remercier les enseignants et les personnels des écoles où nous avons eu l’opportunité d’exercer notre rôle de « volontaires ». Tout cela n’aurait pas été possible sans la gentillesse des enfants: un grand hommage à leur accueil, leur hospitalité et leurs rires.

J’ai finis par comprendre qu’un séjour au Népal, dans un futur proche, était nécessaire pour en découvrir les lieux sous un autre prisme. Mais  j’ai avant tout découvert une autre manière de voyager qui donne sens à ma vie, à la vie de mon prochain. Une expérience donc à renouveler absolument !

Ajouter un commentaire

Code incorrect ! Essayez à nouveau