Temple Budhanilkantha

Le temple Budhanilkantha est un lieu de culte hindou considéré comme l’un des temples les plus enivrants du Népal, notamment par sa position géographique isolée des sentiers touristiques. Blotti aux pieds de la colline Shivapuri au nord de la capitale, il est surtout visité par les fidèles népalais qui lui confèrent une ambiance des plus effervescentes du pays : danses cultuelles et musiques envoutantes accueillent les croyants et les voyageurs aventureux au cœur d’une spirale religieuse  digne des splendeurs de l’Himalaya.

Récemment endommagé par le tremblement de terre ayant sévit le 25 avril 2015, quelques fissures menacent toujours les kiosques éparpillés autour de la statue centrale qui reçoit les dévotions des fidèles. Cela n’enlève pas moins le charme au complexe dont le nom signifie « vieille gorge bleue ». Les volutes d’encens, les offrandes et les nourritures divines continuent d’inspirer les pratiquants et les visiteurs du monde entier.

Si aux premiers abords, le visiteur peut sembler captivé par la beauté du lieu, les détails d’architecture d’une extrême minutie, la magnificence des toits sculptés, des portes en bois vernies et des différents kiosques décorés d’offrandes, la véritable source d’admiration et de ferveur religieuse se situe dans le point central du complexe. Derrière d’imposants barreaux orange, le Seigneur Vishnu parait endormi sur une belle étendue d’eau constituant un bassin sacré. Les jambes de Vishnu sont croisées et ses quatre mains tiennent des attributs de sa divinité suprême : la coquille de conque, le disque, la massue, et la fleur de lotus.

La statue de Vishnu sous la forme de Narayan couchée sur l’Ananta Sesa matérialise l’image du créateur de l’univers. Taillée dans un bloc de basalte noir, elle serait âgée de près de mille ans. A en croire ses mensurations,  le gigantisme demeure l’un des moyens les plus prisés de toute religion: la divinité couchée frôle les 5 mètres tandis que le bassin où elle repose est long de 13 mètres. Si l’on s’attarde sur les détails de la sculpture, il est aisé de remarquer une fleur de lotus jaillissant de son nombril d’où naquit Brahma. L’histoire de la statue est également captivante. Elle aurait été taillée dans un unique bloc de pierre entre le VIIe et le VIIIe siècle. Elle fut ensuite tractée par des dizaines de bras, sans qu’aucune fissure ne l’endommage, puis posée au centre de ce bassin duquel elle n’a jamais bougée alors recouverte d’un voile de poussière par l’usure du temps.   La statue aurait été retrouvée par un agriculteur qui, en blessant la statue avec sa charrue, aurait fait surgir le sang divin.

Malheureusement, il est interdit aux visiteurs de pénétrer dans la partie centrale du temple où figure la divinité. Seules les hindoues peuvent s’en approcher, lui faire des offrandes et l’admirer d’un angle qu’aucun touriste  n’aura la chance de voir. Il est de pratique courante pour les fidèles de descendre vers les pieds de Vishnu et de les toucher en s’inclinant et en prononçant une prière.

Le jour de notre passage, nous avons la chance de pouvoir assister à une cérémonie religieuse donnée par une foule de croyants au sein d’un des kiosques du temple. Avec  une poignée d’autres volontaires, je me déchausse tandis qu’une femme en costume traditionnel m’invite à m’asseoir près des musiciens. Les autres fidèles admirent une belle femme se déhancher au rythme de la mélodie envoutante. Une autre femme nous sert une étrange nourriture dans le creux de la main qu’elle nous fait signe de gober. Il s’agit d’une pate sucrée de couleur brune dont le gout me parait exquis. Une fois le rituel achevé,  elle m’invite à me lever et à danser auprès d’elle. Les autres volontaires se joignent à la danse et nous finissons par essayer de reproduire les mouvements gracieux que les femmes font avec leurs fines mains. Une fois la musique terminée, nous leur demandons l’autorisation de les photographier si bien qu’elles se pressent pour paraitre devant l’objectif.

 

Ajouter un commentaire

Code incorrect ! Essayez à nouveau